Josette Pellet

|||

Voyageuse au long cours, amoureuse du désert, de la steppe et autres espaces sans limites, ainsi que des grands fleuves et du Lavaux (où j’ai résidé pendant 25 ans), je vis actuellement dans une coopérative d’habitants à Lausanne.

 

Après un passage dans les media, la coopération au développement et l’accueil des migrants, j’ai travaillé une trentaine d’années dans le domaine psychosocial et me dédie aujourd’hui essentiellement à l’écriture.

 

Co-rédactrice d’un recueil de témoignages –  Les femmes et la Mob (Ed. Zoé), d’un renga en anglais (« The shadow’s edge », avec A. Cardona-Hine et Jim Grant, peintres et poètes) et auteure de quatre recueils de haïkus et senryûs :

 

Membre de l’AVE (Assoc. Vaudoise des Ecrivains), de l’AFH (Assoc. Francophone du Haïku), de l’AFAH (Assoc. Francophone des Auteurs de Haïbun) et de la RTF (Revue du tanka francophone).

 

Ma maison  mon port

une natte de coton

et un petit poème

 

 

 

 

Quel rôle l’écriture a-t-elle eu pour moi ?

 

 

Fille unique, née dans une vallée sauvage et isolée, j’ai toujours écrit, d’autant que je me souvienne. Des fleuves de mots, dans tous les registres : poèmes, récits, nouvelles, fictions et auto-fictions, articles, etc.

 

La lecture était pour moi berceau, berceuse, nounou, échappatoire, refuge, terre promise… tandis que l’écriture me tenait lieu de jumelle, compagne, confidente.

 

Et puis j’ai rencontré le haïku. Un petit poème de 5-7-5 syllabes, qui demande d’aller à l’essentiel. Ce n’est pas moi qui l’ai choisi, c’est lui qui m’a choisie.

 

A L’Escurial, aux prémices du printemps. On s’était déjà rencontrés mais ne s’était accordé qu’un intérêt distrait. Là ce fut le coup de foudre et notre histoire dure depuis plus de dix ans, sans  aucun signe de lassitude…

 

Après le haïku, j’ai découvert le tanka (5-7-5-7-7), lui aussi japonais et ancêtre du haïku, mais aux règles et à l’esprit un peu différents ; puis le haïbun (= prose et haïku) et le tanka-prose, qui me permettent de tisser ensemble les amours de ma vie : prose, haïkus et tankas.

 

 

Quelques parutions

 

Mékong mon amour, éd. Samizdat, Genève, 2014 

Syrie – Les hirondelles crient, éd. Unicité, 2013

Les dimanches à Verdaine, éd. Unicité, déc. 2012

La ballade du grillon, éd. Samizdat, 2009

 

Participation à de nombreux recueils, anthologies et ouvrages collectifs de haïkus, tankas, haïbuns (= haïkus et prose) et tanka-proses.

 

Plusieurs manuscrits inédits et en chantier.