Alain Bagnoud

|||

Alain Bagnoud est né en 1959 dans les vignes valaisannes, commune de Chermignon. Enfance paysanne, éclairée par la lecture.

 

Quand il a une dizaine d’années, Heidi est un déclencheur vers l’écriture. Le roman de Johanna Spyri parle d’une réalité connue, que le petit garçon vivait chaque été dans les mayens, mais avec une magie dont  la vie courante était dépourvue. Le livre suggère que la littérature explique la vie et la rend plus belle.

 

La suite est classique : collège, études de Lettres à Genève, écriture. Dans ses livres (15 à ce jour), Alain Bagnoud creuse la question de l’identité, qui est liée, pour lui, au Valais. C’est là notamment où se situe l’intrigue de sa dernière parution, La Vie suprême (2020).

 

 

La Vie Suprême, Editions de l'Aire 2020

 

C’est un roman historique qui se passe en 1873.  Le jeune Besse vit dans un village montagnard. Il est pauvre, sans avenir, rêve de mener une « vie suprême » et espère un événement qui va la lui offrir. Celui-ci va arriver avec un faux-monnayeur dont le nom est désormais devenu célèbre : Joseph-Samuel Farinet. Appâté par le changement que ce nouveau venu promet, Besse fait tout pour devenir un de ses associés. La bande se constitue, les rêves se concrétisent, des intrigues bouleversent la petite société montagnarde…

 

J’avais déjà écrit un essai qui s’appelle Saint Farinet (L’Aire 2005). Le personnage a continué à trotter dans ma tête jusqu’à ce qu’il trouve sa place dans une fiction. Quant à Besse, c’est le nom d’un de mes arrière-arrière-grand-pères.

 

L'auteur valaisan a reçu le prix le Prix Edouard-Rod pour son roman la Vie suprême.

 

Parutions d'Alain Bagnoud