Le Silence des Yaks, Rosula Blanc et Bertrand Carlier

|||

Texte Rosula Blanc et photographies Bertrand Carlier, Slatkine 2024

 

Rosula Blanc partage depuis 15 ans sa vie avec les yaks. En 2008, elle rénove une vieille grange à la Giette (Haudères, Valais) et crée la ferme des yaks avec le guide André Georges. En 2009, elle organise la première caravane de yaks autour du Cervin (partie valaisanne) d’Evolène à Embd où elle a acheté le premier animal. Elle chemine avec ses deuxièmes bergers, quelques clients et un troupeau de 8 animaux. Rosula passe du temps à les observer, à travailler avec eux et à documenter ses expériences.

 

Dans l’extrait ci-dessous, elle décrit le commencement d’une véritable communication entre Kubilaï, le premier yak qu’elle a acquis dans un élevage du petit village haut-valaisan de Embd dans la vallée de Zermatt.

 

 

Kubilaï – Entrer en communication - Extrait page 11

[…]

Souvent, quand nous nous trouvions face à face, Kubilaï secouait ses cornes pour montrer son irritation et moi, en réponse, je gesticulais des bras pour l’éloigner de mon espace. Je me souviendrai toujours du moment qui a changé notre relation. Nous étions sur le pâturage et Kubilaï est venu frontalement vers moi. Je me suis arrêtée, j’ai résisté à l’envie de le chasser, je suis restée immobile. J’ai réussi à dépasser ma peur, je n’ai pas bougé les bras pour l’éloigner. Et lui, il est aussi resté immobile, il n’a pas fait de mouvement brusque avec ses cornes. Ce qui s’est passé à cet instant est indescriptible. C’était très fort. Ensemble, nous avons dépassé notre peur respective et ce moment nous a liés profondément et a marqué un tournant dans notre relation.

 

Même si Kubilaï n’était pas facile au début son « oui » était inébranlable. Il y avait une solidarité intérieure entre nous, une connexion profonde, un respect mutuel qui nous ont permis de continuer à dépasser nos peurs. Ce n’est pas moi qui ai apprivoisé Kubilaï, c’est lui qui était d’accord de collaborer et de faire un pas après l’autre vers moi de son propre gré. […]

 

Cet ouvrage est merveilleusement illustré par Bertrand Carlier. Paysages alpins époustouflants, relation entre les yaks, leur environnement et les caravaniers, Rosula guide et bergère…

 

En octobre 2026, Bertrand Carlier participe à un trek de Yaks en Valais ; le courant passe, une amitié se crée. « Les photos prises pendant six ans cherchent à montrer non seulement leur beauté, mais aussi leur capacité (des yaks) à s’adapter à des situations et à des environnements changeants. Pieds dans la boue du printemps, sabots dans la neige, que ce soit sur fond de mélèzes flamboyants ou dans la tempête de l’hiver, les gestes du berger restent les mêmes, immuables. La relation homme-animal est intemporelle. » Extrait page 119.

Recension Anne-Catherine Biner