Revue Nomades, littératures et poésies

|||

 

« Nous avons communiqué avec l’ondée rebelle, puis quitté le navire pour le noir qu’elle ouvrit. »

Fondée en 2008 à Neuchâtel par un jeune groupe en quête de nouveaux horizons, "Nomades" est une revue de littérature et de poésie à parution annuelle, dont le but est la recherche, la mise à l’épreuve et la divulgation du beau sous toutes ses formes. Cherchant à s’engager au plus profond de l’éperdu, de l’amour et du réel, au cœur de l’énigme qui a cours entre l’être et le néant, "Nomades" se trouve voué à la quête alchimique de la pierre philosophale, dans les terres fertiles, vivifiantes mais combien périlleuses de la poésie.


La revue paraît sous la forme d’un cahier relié de grand format, illustré, et imprimé sur un papier de choix. Toute l’attention est portée aussi bien sur la qualité du recueil que sur l’objet artistique en lui-même.

Enfin, "Nomades" propose depuis peu un site internet fraîchement mis à jour, www.revuenomades.ch, où sont intégralement disponibles les différents textes parus dans la revue ainsi que leurs illustrations. Le site vous permet également de suivre l'actualité de" Nomades" et de réagir aux thèmes proposés dans son espace de confrontation (forum).

"Nomades" : toutes voiles dehors en dépit de l’orage, au mépris de l’averse qui gifle ses joues, avec pour seule conviction que « ce qui nous survit est la part de rêve jetée dans nos vies ».

 

 

 

Nomades, No 3, Jetez l'ancre

 

 

Voyages en textes et poésies avec des illustrations en couleur de Diégo Placì et de Mäelle Schaller et quelques reproductions de gravures au burin. En guise de mise en bouche, Mauro Placì nous offre l'une ses créations "Ne taisons pas les larmes fiévreuses".

Le thème central de ce numéro est le voyage initiatique

Sommaire
Diego Placì, Gastroscopie (Couverture)
Nomades, Rien à craindre... (Rabat)
Mauro Plac, Les extérieurs retrouvés
Joël Gayraud, Place panique
Mauro Placì, Pigeons voyageurs 12
A.-F. Jaccottet, Heureux qui comme Ulysse...
A. Corbellari, Le Moyen Âge à la croisée...
Samira Zoubiri, Brise
Bertil & Nomades, Astrolabertil
L.-F. Delisse, "Voyager fut aussi songer"
Jonathan Wenger, "Poèmes du revoir"
Mauro Placì, "Ne taisons pas les larmes..."
Alice Massénat
Henri Michaux, "Plume voyage"
Louis-François Delisse, "Poésies"

 

 

 

Ne taisons pas les larmes fièvreuses

 

 

Ne taisons pas les larmes fiévreuses, ni les paroles saccadées, la vie soudain brûlante comme un genou qu’on écorche. L’effilage du présent continue parfois sans nous, qui sommes d’un jour à l’autre plongés dans d’intraitables ténèbres, et qui n’avons pour ressurgir que la folie de notre espoir. Ces lagunes sans lumière, ces lourdes terres sans repos, nos pas les traversent en hâte à la recherche d’un îlot de paix vierge, où nous puissions faiblir un peu, le temps d’une halte courte et dérisoire, pour arracher une à une les échardes, et sourire un jour encore de notre orgueil démesuré. Cette obstination douloureuse à nous gorger d’un air pur, ce regard toujours pris dans la foudre du temps, nous les aimons de nous guider à travers les nuits froides, et de glisser sous nos pas la clameur de l’abîme, puis la facilité du saut.

Vivre et avoir vécu, voilà ce que demandent nos étoiles.

Auteur: Mauro Placì, copyright Revue "Nomades" 2010