Pour la plupart des hommes, se corriger consiste à changer de défauts
***
Voltaire

Auteur-es

 

Se présente

Etudes de Lettres à Neuchâtel, puis HES sociale à Genève, diplôme d’éducatrice spécialisée, 1976 Voyage d’un an et demi, dont un an en Afrique Divers emplois dans l’éducation, entrecoupés par la naissance de mes 4 enfants que j’ai élevés seule depuis 1994 De 1998 à 2004, membre fondatrice et active à « La Cave à Mots », lieu d’échange autour de la littérature à La Chaux-de-Fonds (lectures publiques, expositions, ateliers d’écriture) Animatrice d’ateliers d’expression et notamment d’écriture depuis 1998, formation BING, Paris Depuis 1998 aussi, expositions personnelles de peinture.



Formation en Art-thérapie, reconnaissance comme membre praticienne en 2001.

Aujourd’hui, je partage mon temps entre institution et privé comme art-thérapeute et j’anime régulièrement des ateliers d’écriture. J'ai également  travaillé une quinzaine d'année à la librairie de la coopérative d’Espace Noir, à St Imier.

Chaque fois que je peux, je voyage pour découvrir la planète.

"Moi, mon soulier" est un récit de mes voyages, en alternance avec quelques épisodes de ma vie. C’est mon dernier voyage en Patagonie qui m’a donné envie de partager ces expériences.






Bibliographie

Les bedjuis d'Isérables, photos Lucienne Plattet, texte Martine Benoît (2014) Récit de voyages « Moi, mon soulier » éd. Mon petit éditeur, 2012
Ecriture de textes pour une lecture-spectacle jouée à Poésie en Arrosoir en 2011, « Portraits, figurines et caractères » d’après des pièces musicales de Dalcroze
Recueil de proses poétiques : « Le Ramasse-Miettes », 2004
Ecriture pour des revues littéraires (Scribe d’Or en poésie, Grenette du Livre, Moudon, 2003)




"Les bedjuis d'Isérables"

Photos Lucienne Plattet, texte Martine Benoît
Le village suspendu d’Isérables et ses souvenirs d’antan : le pain de seigle qu’il fallait couper à la hache, les échelles que le dernier remonté de la plaine relevait comme un pont-levis, la chargosse chargée de meules de fromage à laquelle on s’agrippait pour descendre de l’alpage, les veillées aux mayens enjolivées de légendes au son de la musique à bouche, le crieur public qui renseignait la population,…
Et puis on a construit le téléphérique qui a modifié le mode de vie autarcique des Bedjuis.
Ensuite ce sera la route qui va délacer par ses lacets le village corseté et lui donner une nouvelle respiration. Maintenant, il y a les voitures et une grande rupture! Le supermarché a supplanté en partie le travail de la terre. Si certaines traditions ont disparu, d’autres demeurent toutefois vivaces. La hotte, elle, a traversé le temps et il n’est pas rare de voir aujourd’hui une femme y glisser un panier en plastic coloré pour ses emplettes !

Photographies : Lucienne Plattet, enseignante et musicienne ; vit à La Chaux-de-Fonds et à Isérables « Photographier, c’est raconter une histoire, faire vivre des émotions et les partager » Textes : Martine Benoit, art-thérapeute, peinture, écriture ; vit à La Chaux-de-Fonds «Les mâchoires des montagnes broient les derniers nuages de l’aube accrochés à leurs flancs. Sentiers abrupts et précipices… Je passe les obstacles, confrontée au soleil direct, à sa morsure à l’heure de midi, au franc parler des hommes, étrangère sur ma terre ! A commander par e-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser." target="_blank">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


"Moi, mon soulier"

"Après le Sahara, du Hoggar caillouteux aux infinis espaces sablonneux du grand sud, après le plat désert du Thar au Rajasthan, et celui du Wadi Rum en Jordanie, avec ses collines rocheuses si harmonieuses, me plonger dans les viscères patagons m’a permis de ne plus les idéaliser.

En traversant les plaines monotones mais nuancées de la Péninsule Valdès, j’ai ressenti une émotion particulière à la vue des éléphants de mer et des pingouins, plus grandiose encore à celle des baleines.

Les pluies cinglantes sur les eaux noires du canal de Beagle, les rafales glacées au Perito Moreno, le vent tumultueux de Punta Arenas, je les ai éprouvés avec mon corps. Le vent toujours et partout qui à la longue doit rendre fou, être fou de vent…

Contrastes, changements brusques, impossible de s’ouvrir au soleil sans l’arrière-pensée d’une tempête, affronter les éléments, toujours sur le qui-vive! Les volcans crachent, la mer rugit…parfois j’ai eu peur…"



Retrouvez des extraits de ce livre en cliquant ici

Ce livre est disponible à la vente au format papier et au format numérique (PDF) sur le site internet de "Mon Petit Editeur" ou en librairie, sur commande.
Plus d'informations, e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Recherche

Newsletter

captcha