Vivre simplement pour que simplement d'autres puissent vivre
***
Ghandhi

Auteur-es

 

Portrait

Jean-Claude Pont, né à Sierre en 1941. C’est dire qu’il aura bientôt septante ans, même soixante dix. Un âge où l’on commence à pouvoir tout se permettre.

Dr en mathématiques (EPFZ), mais aussi guide de haute montagne. Créateur et organisateur de la Course Sierre-Zinal. Créateur (avec Georges Meynet) et animateur des activités astronomiques de St Luc (Chemin des Planètes, Observatoire François Xavier-Bagnoud).

41 ans passés dans l’enseignement. Des mathématiques d’abord (Lycée-Collège de Sion, devenu Lycée-Collège des Creusets). Titulaire ensuite de la chaire « Histoire et philosophie des sciences » à l’Université de Genève.

Avant de s’égarer récemment dans la divagation, ses recherches et publications s’agitaient le plus souvent dans des domaines sérieux, traités rigoureusement. Histoire et philosophie des mathématiques, puis des sciences, dans leurs rapports avec l’histoire des idées, principalement au XIXe siècle. Accessoirement dans leurs rapports avec l’histoire de la peinture.

 

Quelques publications

La topologie algébrique. Des origines à Poincaré, Paris, Presses Universitaires de France, 1974.

L’aventure des parallèles. Préhistoire de la géométrie non euclidienne : précurseurs et attardés, Berne, éditions Lang, 1984.

Sierre-Zinal, la Course des Cinq 4000, Sierre, édition Mémoires vivantes, 1983.

Halley St Luc, à l’occasion de vingt années d’astronomie à St Luc, Ayer, éditions Porte plumes, 2005.

(sous la direction de) Pour comprendre le XIXe. Histoire et philosophie des sciences à la fin du siècle, Florence, Leo S. Olschki Editore, 2007.

 

 

Mots de Je ou poison d’avril

"Mots de Je ou poison d’avril" est un recueil de jeux de mots, de pensées, parfois sérieuses, dont un critique a pu écrire qu’il contenait « les jeux de mots les plus subtils et les plus bêtes ». Ce qui honore grandement son auteur. Un autre critique affirme que cette « oeuvre philosophique » (sic) « est d’une grande utilité puisque toutes les formes de calembours y sont épuisées ». Il oubliait simplement l’auteur, lui aussi ...

Quotidiennement depuis une vingtaine d’années, je me suis appliqué à ne pas commencer ma journée sans avoir commis ce que j’appelais « le mot du jour ». C’est rapidement devenu un toc. Que faire en présence de ces quelque 10-12'000 affaires, chiens perdus sans collier ? Un manque d’altruisme m’a convaincu de les donner en partage (au moins un pourcentage d’entre eux), pour ne pas dire de les jeter en pâture dans la méchanceté du monde. C’est dans le même esprit peu charitable qu’il s’est trouvé un éditeur pour commettre l’irréparable.

Si on est un peu masochiste, on peut s’en servir comme médicament contre le gris des jours.


Jean-Claude Pont, "Mots de Je ou poison d'avril", Editions du Tricorne, Genève, 2010.

 




La Balade de la médiane et le Théorème de Pythagoron

Un canular de potache en forme de fable est à l’origine de ce petit ouvrage. L’auteur nous y propose un mélange curieux et inhabituel de recherches en géométrie élémentaire, dans des régions encore inexplorées de cette planète, des réflexions sur la pédagogie des mathématiques, sur leur histoire et sur leur philosophie.

Ce livre s’adresse à des élèves des lycées et collèges qui ont de l’intérêt pour les mathématiques, à leurs maîtres qui y trouveront des réflexions d’ordre didactique utiles à leur enseignement. Il s’adresse aussi aux amoureux de la Géométrie qui y redécouvriront, sous forme ludique, les mathématiques de leur jeune âge. Jean-Claude Pont est docteur en mathématiques de l’EPFZ. Il a occupé durant une vingtaine d’années la chaire d’histoire et philosophie des sciences de l’Université de Genève.

« Cet ouvrage de Jean-Claude Pont se présente, sous divers aspects, comme un petit joyau. Avant tout, au plan didactique, l’ouvrage est Intéressant parce qu’il montre comment la mathématique élémentaire qui s’enseigne à l’école permet elle aussi de faire de vraies recherches et de trouver des résultats nouveaux, dans un environnement de connaissances mathématiques normalement considéré comme épuisé. Qui dirait qu’il soit encore possible de trouver de nouvelles propriétés des triangles ?

Du point de vue épistémologique, l’ouvrage est également digne d’intérêt parce qu’il suggère un mode de faire mathématique vraiment original, bien différent de celui donné par les manuels “de série”. En lisant les pages de Jean-Claude Pont, on n’a pas l’impression de lire un livre de mathématiques – quand bien même il s’agit, et comment, de mathématiques – mais d’assister au développement d’une idée mathématique, avec de fréquents coups de théâtre, qui en font une oeuvre culturellement signifiante. Les fréquentes allusions historiques augmentent la qualité du texte, mais aussi la personnalité de l’auteur, qui est prépondérante : il ne s’agit jamais d’une matière conventionnelle, mais bien d’une idée subtile et spirituelle, d’une touche de maître. […]

La lecture de ce petit livre devrait être vivement conseillée à tous les enseignants de mathématiques, aux gens cultivés et qui usent de la mathématique en tant que professionnels. »

Gianfranco Arrigo, responsable de la didactique des mathématiques au Tessin et directeur de Bollettino dei docenti di matematica.


Jean-Claude Pont, "La Balade de la médiane et le Théorème de Pythagoron, Editions du Tricorne, Genève, 2012.

 

Recherche

Newsletter

captcha